le flamenco

Publié le par Malory


Le flamenco


A la fois chant, musique et danse, le flamenco est apprécié dans le monde entier . L’origine exacte du flamenco se perd dans la nuit des temps. Probablement venu d’Afrique, les habitants de Tartessos étaient connus pour leur talent de musiciens et de danseurs. Le flamenco sert à exprimer les émotions humaines, les peines et les joies de la vie quotidienne, de l’amour, de la haine et du désespoir.
Entres autres influences, certaines ornementations orientalisantes du flamenco s’inspirent du chant liturgique byzantin. L’empreinte arabe est également indéniable et certains fragments de cantiques juifs sont toujours présents dans les saetas, chantées lors des processions de la Semaine Sainte.
Le chanteur Enrique El Mellizo composa un jour une chanson de flamenco après avoir entendu une messe à la cathédrale de Malaga (Andalousie).
Le mot flamenco serait une déformation de l’arabe « felag mengu », littéralement « paysan réfugié ».
Souvent musiciens professionnels, les gitans s’empressèrent d’apprendre les mélodies traditionnelles du Sud, puis les enrichirent de rythmes de plus en plus complexes, de paroles lyriques, et surtout de leur douleur de vivre. Lors des ferias, ils mendiaient en chantant des romances castillanes ou d’interminables épopées en vers .
Madrid aujourd’hui, est considérée comme la capitale du flamenco, programme des spectacles  toute l’année. La ville est aussi le berceau du « nuevo flamenco », où se mêlent des rythmes de salsa et de rumba. De son côté, Barcelone a vu s’épanouir quelques talents exceptionnels du flamenco traditionnel.
Tant qu’existeront l’amour et le désespoir, l’honneur et la trahison, la beauté du geste face à la mort, le flamenco ne pourra pas mourir.

Publié dans Présentation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article