La corrida

Publié le par paulette et ket

HISTOIRE DE LA CORRIDA :

               1°) LES DEBUT DE LA CORRIDA :

   

En Espagne les plus anciennes mentions de la tauromachie remontent au XIième siècle (1018 à 1021 ). Elles concernaient des corridas célébrant l'avènement du roi Abu el Hassan. Bien entendu, la corrida à cette époque n'avait pas le même aspect qu'aujourd'hui. On assistait à des affrontements entre l'homme et le taureau, qui s'organisaient sous diverses formes. La tauromachie, ou corrida, qui anciennement désignait les courses de taureaux, désigne aujourd'hui un spectacle traditionnel ayant lieu dans une arène mettant en scène le combat entre un taureau et une série de personnages qui vont d'abord l'exciter, l'affaiblir, puis, dans la plupart des cas, l'achever d'un coup d'épée final.                 

               2°) EXPLICATION DE LA CORRIDA :

    Dans une corrida, six taureaux sont combattus et mis à mort par trois matadors. Chacun dispose de subalternes (la cuadrilla) : les peones, à pieds, et le picador, à cheval. On distingue la corrida formelle, à laquelle participent des taureaux de quatre ans et plus, affrontés par des matadors confirmés. Les jeunes matadors (novilleros) affrontent dans une novillada les taureaux de trois ans (novillos), moins lourds mais souvent plus vifs. La corrida se déroule pour chaque taureau, en trois parties (tercios) : ->le tercio de "vara" ou de pique, c'est le moment entre lequel le taureau entre dans l'arène et celui où il se fait piquer par le picador. C'est pendant ce tercio que le matador teste le taureau et repère ses défauts. ->le tercio de banderilles. En général c'est un des subalternes qui se charge de poser les banderilles, cependant il se peut que le matador les pose lui-même. ->le tercio de muleta sert à soumettre le taureau tout en mettant en évidence son courage et sa bravoure.

               3°) POUR LA CORRIDA :

    Jadis le désir d'être torero était, pour les jeunes gens, fils de familles pauvres qui parcouraient les routes d'Espagne et du sud de la France baluchon sur l'épaule, une volonté de revanche sociale. L'époque durant laquelle ces jeunes hommes couraient de villages en petites villes dans l'unique espoir de "servir" quelques passes à un taureau pas toujours brave est définitivement Mais que ce soit Madrid ou Arles, quel est le mystérieux secret qui pousse toujours les jeunes à s'exercer des heures durant à la recherche du geste parfait, espérant se retrouver un beau jour, vêtus d'une armure de tissu brodé d'or, face au danger, face à la mort?

               4°) CONTRE LA CORRIDA :

    Ce sport a beau avoir une grande place en Espagne, il est malgré tout réprimer par certains : Car la barbarie est indéfendable. Aucun argument ne résiste à un examen objectif Importées d'Espagne il y a moins de cent cinquante ans, la corrida ne fait pas partie de nos traditions. Il faut être muni d'un dictionnaire pour en décoder le langage ! L'argument économique ne tient pas non plus : justifier la cruauté par l'argent reviendrait à remettre en cause l'essentiel d'une nation qui se prétend civilisée.

               5°)LES TRICHERIES DE LA CORRIDA :

     Savez-vous que l'on enduit de vaseline les yeux du taureau pour que sa vue soit diminuée et qu'il ne puisse pas défendre avec toutes ses forces Cela s'ajoute du coton qu'on lui enfonce dans les narines et qui descend jusque dans la gorge, cela pour que sa respiration soit plus difficile Il est de tradition aussi d'enduire ses pattes avec de la térébenthine Souvent aussi on lui introduit une aiguille cassée dans les parties génitales pour l'empêcher de s’asseoir ou e s’affaisser On lui lime les cornes pour le rendre plus vulnérable Les tricheries consistent à combattre un animal plus jeune qu’il ne l’a été annoncé (en dépit du marquage au fer rouge de l’année de naissance et de certificats de naissances, souvent falsifiés par les éleveurs), à le d’un spécialiste, président de l'ordre des vétérinaires espagnol a également dénoncé les coups de sacs de sable utilisé pou "écraser la colonne vertébrale quelques heures à peine avant la corrida droguer pour le rendre plus docile.

Publié dans Fêtes et traditions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article